Rythme du soir, semblable au rythme d’un naissant matin. Lorsque la nostalgie s’abat comme l’ivresse du premier vin.
Lorsque le temps ne compte plus, que rien ne nous attend et que rien ne nous retient. Les autres, qui nous entourent, deviennent aussi du décor. Celui de la pièce de notre vie qui se joue devant nos yeux. Comme simple spectateur, nous acceptons afin d’être exclus de sa diégèse.

Suivre

Complets de ces constats, sans acteurs et sans textes, en plus d’être un public conscient nous voilà, plus que jamais, un public aux écoutes. Cette route, ce reflet, cette odeur, ce visage; plus que jamais nous les percevons enfin justement.

C’est ce moment où les corps douloureux portent leurs actes héroïques et discrets que nul ne suspecte, transcendant par ce fait notre intime fierté. C’est ce moment où l’on découvre que l’on peut apprécier le monde en même temps que l’on s’apprécie soit. C’est ce moment où l’on se demande: « Mais combien ce décor porte-t-il de héros silencieux assis à côté de moi?".

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Mastodon.top

Mastodon.top est une instance stable, régulièrement mise à jour et accessible à tous hébergée par VirtuBox