Le café brûlait sa langue, comme la forêt au pied de la dune. Ses yeux piquaient sous les assauts de la fumée, tel un châcrin. Un âcre chagrin. Tout était cramé.


À six heures du matin, il était rentré ivre et subrepticement dans son lit. À six heures sept très précisément, elle avait pris la mouche, ses cliques et ses claques, son air le plus digne, la porte, ses jambes à son cou et la poudre d'escampette.

(t'en vois combien ?)

"Elle a les yeux noisette, revolver et plus gros que le ventre. Charmante, mais tu n'as pas intérêt à piquer les frites dans son assiette."

Il lui restait 87 minutes pour rêver d'une histoire avec elle. Et peut-être accrocher son regard encore une brève fois.

A l'atterrissage, elle courrait vers un train, un homme, une vie. Sans lui.

Assise un rang derrière eux, je leur inventais une suite où ils échangeraient une œillade et leurs numéros, ou bien ils partageraient un taxi et un bout de chemin ensemble. 》

Afficher le fil de discussion

Dans la salle de bain étouffante, l’œil fixé sur la pendule, elle séchait ses boucles blondes et sur le zeugme du mardi.

"Leurs relations devenaient tendues. Elle se sentait pousser des ailes et la tentation du vice. S'il ne se décidait pas très vite à enterrer la hache de guerre, elle fumerait plus par les oreilles que le calumet de la paix. Elle ne manquerait pas de partir loin et courir le guilledou."

"James s'assit sur le coin du bureau, son vodka martini au shaker à la main. Son regard était barré de tourments et sa pommette d'une éraflure. Moneypenny lui tendit un mouchoir de mousseline et un guet-apens : ce soir, il devrait passer à son studio et à la casserole."

Mastodon.top

Mastodon.top est une instance stable, régulièrement mise à jour et accessible à tous hébergée par VirtuBox